Le Réseau mondial de l’onchocercose pour l’élimination (GONE) travaille ensemble pour voir l’onchocercose GONE

Communiqué de presse • 13 novembre 2023

Mbour, Saly (Sénégal), 02 novembre 2023-Plus de 150 partenaires de la lutte contre l’onchocercose, dont des coordinateurs nationaux de l’onchocercose des ministères de la santé des pays d’endémie, présidents des comités nationaux d’élimination de l’onchocercose, experts en onchocercose, chercheurs, organisations non gouvernementales, donateurs de fonds et de médicaments, la société civile et les partenaires, se sont réunis à partir du 1er novembre 2023, à Mbour, Sénégal, pour participer à la première réunion du nouveau Réseau mondial pour l’élimination de l’onchocercose (GONE) visant à renforcer la collaboration entre les pays et entre les partenaires.

L’onchocercose (également connue sous le nom de cécité des rivières) est la deuxième cause infectieuse de cécité et appartient au groupe des maladies tropicales négligées (MTN). Une pathologie qui peut se manifester par des démangeaisons intenses, une décoloration de la peau, des éruptions cutanées et des maladies oculaires qui conduisent souvent à une cécité permanente. Le parasite se propage par les piqûres de mouches noires infectées qui se reproduisent dans les rivières à débit rapide. Dans le monde, au moins 244 millions de personnes souffrent de cette maladie débilitante et douloureuse. 99 % des personnes exposées au risque d’onchocercose vivent dans 31 pays d’Afrique. Les 1 % restants vivent à la frontière entre le Brésil et le Venezuela. L’OMS a vérifié que quatre pays avaient éliminé la transmission de la maladie : La Colombie, l’Équateur, le Guatemala et le Mexique.

Une communauté mondiale de partenaires travaille depuis des décennies pour remédier aux souffrances causées par la cécité des rivières. Avant que les efforts de contrôle et d’élimination ne commencent, les communautés désertaient les terres agricoles fertiles près des rivières où les mouches noires se reproduisent, ce qui avait des conséquences socio-économiques dévastatrices. Les efforts de lutte ont permis de réaliser des progrès remarquables vers l’élimination de l’onchocercose en tant que problème de santé publique. Les manifestations de la maladie sont de plus en plus rares et la transmission est en train d’être éliminée aux niveaux national et infranational. Ce succès a conduit l’Organisation mondiale de la santé à passer du contrôle de la maladie à l’élimination de la transmission. En 2023, le Niger est devenu le premier pays d’Afrique à soumettre un dossier à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour vérifier l’élimination de la transmission.

Le Sénégal, pays hôte de cette première réunion GONE, est leader dans l’élimination de l’onchocercose dans la région et a franchi des étapes remarquables en annonçant l’interruption de la transmission de l’onchocercose en tant que deuxième pays d’Afrique subsaharienne après le Niger. Le Sénégal a arrêté le traitement et est désormais sous surveillance post-traitement.

Cette réalisation est le résultat du travail acharné et du dévouement de notre gouvernement, de nos partenaires locaux et internationaux et des agents de santé.

l’Honorable Dr Marie Khemesse NGOM NDIAYE, Ministre de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal

Les progrès ont été catalysés, en partie, par des partenariats incluant le Programme d’élimination de l’onchocercose pour les Amériques, le Programme de lutte contre l’onchocercose en Afrique de l’Ouest), le Programme africain de lutte contre l’onchocercose et le Projet spécial élargi pour l’élimination des maladies tropicales négligées (ESPEN). En plus du Mectizan Donation Program (MDP) qui est l’initiative de pharmaco-philanthropie la plus ancienne.

Elle a été créée en 1987 par la société pharmaceutique MSD pour faciliter l’accès à son médicament Mectizan® (ivermectine) pour l’élimination de la cécité des rivières. Le programme touche plus de 400 millions de personnes chaque année et plus de 4 milliards de comprimés de Mectizan 3 mg ont été expédiés vers des pays d’endémie par Merck depuis sa création.

Dr Yao Sodahlon, directeur du programme de don de Mectizan

La conférence a été l’occasion pour les experts et les participants de souligner les progrès réalisés par différents pays dans l’élimination de l’onchocercose, et également d’explorer de nouvelles opportunités de partenariats pour soutenir les initiatives visant à accélérer l’élimination de l’onchocercose dans le monde. A cet effet, les différents intervenants ont particulièrement insisté sur l’importance des partenariats public-privé dans la mobilisation des financements pour réaliser des avancées significatives vers les objectifs fixés. Des groupes de travail spécifiques ont été créés lors de la conférence, s’est concentrée sur les principaux défis et proposant des stratégies pour les résoudre afin d’accélérer les objectifs d’élimination.

Les principaux domaines d’intervention du réseau sont le renforcement des communications et des partenariats, et le soutien aux pays pour qu’ils atteignent leurs objectifs en matière de lutte contre l’onchocercose d’ici 2030.

L’approbation aujourd’hui des termes de référence par le réseau GONE témoigne de l’appropriation, de l’engagement des partenaires à travailler plus étroitement, ensemble dans cette bataille difficile pour éliminer l’onchocercose.

Dr Maria Rebollo, responsable du programme mondial d’élimination de l’onchocercose à l’OMS

La feuille de route contre les MTN a fixé des objectifs très ambitieux, notamment la vérification de l’interruption de la transmission de l’onchocercose dans 12 pays d’ici 2030.

Le processus d’élimination de l’onchocercose doit être pleinement pris en charge par les gouvernements nationaux, y compris l’établissement d’une politique nationale, la création de partenariats pour la recherche et le soutien technique, ainsi que pour le financement national. Cependant, cela ne peut être réalisé qu’en intégrant des domaines tels que la gestion des données, la chaîne d’approvisionnement, l’accès aux soins dans le système de santé et en donnant aux agents de santé les moyens d’adopter une approche centrée sur la personne pour lutter contre les MTN et autres problèmes de santé.

Dr Ibrahima Socé Fall, directeur, Programme mondial OMS-MTN

Nous pensons que l’élimination de la cécité des rivières est tout à fait possible dans un avenir proche, mais le succès nécessitera l’innovation et l’intégration de nouveaux diagnostics et traitements dans le portefeuille pour relever les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés, tels que la co-infection ou la surveillance de Loa Loa. Les nouvelles technologies aideront à franchir le dernier kilomètre.

Dr Christy Hanson, directrice adjointe de BMGF

Investir dans la lutte contre les MTN est l’un des investissements les plus rentables en matière de santé publique, les traitements coûtant moins de 0,50 dollar par personne. Les mesures mises en place pour lutter contre ces maladies, en particulier l’onchocercose, ont un impact positif sur les communautés, notamment en améliorant les résultats en matière d’éducation, de santé et d’emploi.

Grâce à un effort final concerté, l’élimination de la maladie est réalisable, réaliste et rentable, avec le potentiel d’apporter d’énormes avantages en matière de santé publique et socio-économiques.

Mme Jamie Tallant, vice-présidente associée du END Fund

Les experts de GONE préconisent une approche intégrée et transversale et visent à faire du réseau un organisme de plaidoyer, aux niveaux national et international, pour soutenir l’effort final vers l’élimination.

Le Réseau mondial de l’onchocercose pour l’élimination est une plateforme indispensable pour aider les pays à atteindre les objectifs fixés dans la feuille de route mondiale 2030 pour les MTN.

Dr Francisca Olamiju, présidente du sous-groupe NDGO sur l’onchocercose

À propos du Réseau mondial de l’onchocercose pour l’élimination (GONE)

Le Réseau mondial pour l’élimination de l’onchocercose (GONE) a été lancé en janvier 2023 par l’Organisation mondiale de la santé, les États membres et les partenaires, dont l’objectif est de donner aux pays les moyens d’accélérer les progrès vers la réalisation des objectifs de la feuille de route 2030 pour l’élimination de l’onchocercose. Les principaux domaines d’intervention du réseau sont le renforcement des communications et des partenariats et l’autonomisation des pays pour atteindre les objectifs 2030 de l’onchocercose. GONE est une initiative menée par les pays et soutenue par l’OMS, qui met l’accent sur le pragmatisme, la flexibilité et l’orientation vers des solutions pour répondre aux besoins des programmes nationaux. Le réseau intensifiera une approche intégrée et transversale et servira d’organisme de plaidoyer, aux niveaux national et international, pour soutenir le dernier kilomètre de l’élimination.

À propos de l’onchocercose

L’onchocercose (également connue sous le nom de cécité des rivières) est la deuxième cause infectieuse de cécité dans le monde et l’une des vingt maladies classées par l’OMS comme MTN. La cécité des rivières touche les personnes vivant pour la plupart dans des communautés rurales isolées et mal desservies dans certaines des régions les plus pauvres du monde. L’infection se propage par les mouches noires qui vivent à proximité des rivières au débit rapide. Il provoque de graves irritations cutanées, des démangeaisons et, à terme, une cécité irréversible.

Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Partagez-le!

Postulez en ligne :

  • Taille max. des fichiers : 64 MB.
  • Taille max. des fichiers : 64 MB.
  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.