Pourquoi il est urgent de prendre conscience de la crise de l’assainissement en Afrique

Blog • 20 November 2019

Il faut se réveiller. Il faut réaliser que des millions de personnes vivent sans accès à des services d’assainissement adéquats. Il faut prendre conscience que nos efforts sont encore insuffisants pour mettre un terme à cette situation. Certes les engagements politiques et la solidarité internationale ont placé l’assainissement au premier rang des priorités de la communauté mondiale du développement. Mais les budgets nationaux sont trop faibles et la réponse internationale trop fragmentée pour créer un changement profond et durable. Saisissons l’opportunité de cette Journée mondiale des toilettes pour demander des réponses. Comment transformer les promesses et les paroles en actions concrètes ?

En 2015, les ministres africains se sont réunis au Sénégal et ont adopté la Déclaration de Ngor sur l’assainissement et l’hygiène. Cette déclaration a une vision simple mais forte : mettre en place des services d’assainissement et d’hygiène adéquats et équitables pour tous et mettre fin à la défécation en plein air d’ici 2030.

Pourtant, une personne sur trois vit aujourd’hui encore sans installations sanitaires adéquates, un chiffre qui atteint 75% en Afrique de l’Ouest. De ce fait, dans les communautés rurales de 14 pays d’Afrique subsaharienne, la défécation en plein air est toujours une pratique très répandue, et entraîne la transmission de maladies qui les maintiennent dans des cercles de pauvreté.

Les progrès peuvent être freinés de plusieurs façons, par le manque d’engagement, le manque de suivi ou simplement par un manque de connaissances. Par exemple, si 28 pays d’Afrique ont élaboré des stratégies en matière d’assainissement et d’hygiène, seulement 8 ont entrepris des études sur leur durabilité. Pourtant, la durabilité des programmes d’assainissement et d’hygiène devrait être une priorité. Si un programme ou une stratégie n’est pas viable, la répétition des problèmes est inévitable. De nombreux pays légifèrent sur l’assainissement et l’hygiène, mais seuls 6 d’entre eux publient des résultats chaque année. Sans résultats visibles, comment évaluer le succès d’un programme et comment l’améliorer ? Alors, tout en nous félicitant des avancées réalisées, nous appelons à accélérer et renforcer notre action avec la durabilité des programmes comme priorité stratégique.

Le manque d’assainissement ne pèse pas seulement sur la vie présente des populations, mais affecte également leur avenir. Les enfants, en particulier les jeunes filles, s’absentent souvent de l’école à cause d’une hygiène inadéquate. En les privant ainsi d’éducation, c’est leur avenir qu’on limite. Faire en sorte que les espaces publics comme les écoles disposent d’installations sanitaires adéquates peut sembler insignifiant, mais cela pourrait faire une énorme différence dans la vie de millions de personnes.

Pour faire reculer l’insalubrité, les organisations d’assainissement et de plaidoyer ont un rôle important à jouer en agissant au nom des populations qu’elles représentent. Combler le fossé entre les gouvernements et les citoyens n’est pas une tâche facile, mais c’est un rôle clé. Ensemble, nous sommes plus forts et nos voix portent plus loin. En nous engageant et en soutenant la cause de l’assainissement, nous prendrons non seulement des mesures indispensables, mais aussi des mesures durables. Des mesures qui éviteront à la prochaine génération de devoir affronter les mêmes problèmes.

L’une des mesures les plus pertinentes que nous pourrions prendre pour favoriser cette durabilité est l’intégration, notamment des sexospécificités, des politiques d’assainissement. Les femmes et jeunes filles sont les plus touchées par le manque d’eau et d’assainissement. Sans cette inclusivité, les initiatives seront inefficaces. C’est pourquoi Speak Up Africa soutient la création des Orientations des Politiques d’Assainissement en Afrique. Sous l’égide du Conseil des ministres africains de l’eau, ces orientations joueront un rôle essentiel dans l’élaboration de la future feuille de route sur l’assainissement en Afrique. L’élaboration de telles directives facilite la conception, la mise en œuvre et le suivi d’une politique d’assainissement globale et inclusive. Bien que l’assainissement ne soit pas particulièrement glamour, c’est une situation à laquelle nous devons apporter des réponses concrètes. L’assainissement est plus qu’un accès aux toilettes, c’est une question de dignité, d’opportunité et de sécurité pour le grand public.

L’assainissement est un droit humain fondamental pour lequel nous ne devrions pas avoir à nous battre. En cette Journée mondiale des toilettes, nous appelons les gouvernements et les communautés à travailler ensemble pour soutenir ces objectifs. Les discours sont importants, mais il le temps est maintenant à l’action.

Par Yacine Djibo, Fondatrice et directrice exécutive de Speak Up Africa

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.