Les MTN au premier rang des priorités de l’Union africaine

Blog • 05 August 2019

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir d’aller au Caire pour participer à la réunion du comité technique spécialisé de l’Union africaine sur la santé, la population et la lutte contre la drogue (CTS). La réunion a porté sur la façon dont tous les Africains peuvent bénéficier d’un financement national accru de la couverture sanitaire universelle et de la sécurité sanitaire.

Nous avons mobilisé plus de 200 experts et délégués des États membres pour exiger une prise d’action immédiate dans la lutte contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN) qui touchent plus de 1,5 milliard de personnes à travers le monde. En 2014, les États membres de l’Union africaine se sont engagés à accroître les investissements nationaux et à œuvrer à la réalisation des objectifs mondiaux de contrôle et d’élimination des MTN. Il est temps que nous traduisions ces engagements en actions concrètes pour alléger les souffrances des plus de 600 millions de personnes qui souffrent des MTN sur le continent africain.

A travers le mouvement Non aux MTN lancé cette année, nous nous mobilisons pour créer un engagement politique contre les MTN afin d’accroitre les financements alloués à la lutte, établir des mécanismes de prise de décision plus inclusifs et garantir un niveau de priorité nationale élevé à l’élimination des MTN.

Concrètement, les gouvernements nationaux doivent dédier davantage de ressources à la sensibilisation des populations afin de les éduquer sur les manières de se protéger efficacement et étendre plus largement l’accès aux traitements préventifs. Au cours de l’événement, nous avons insisté sur l’importance cruciale de la diffusion de connaissances, tant par l’apprentissage entre pairs que par la sensibilisation de décideurs clés, pour garantir la bonne adaptation des politiques de lutte contre les MTN et pour que les programmes de santé nationaux soient conformes à la prochaine feuille de route de l’OMS 2021-2030 sur les MTN ainsi qu’aux Objectifs du Développement Durable. Prioriser l’élimination des MTN est dans le meilleur intérêt des gouvernements, et ce même au niveau économique, car en fin de compte, en améliorant la santé des citoyens et en éliminant les dépenses publiques pour lutter contre ces maladies, ce sont les économies dans l’ensemble du continent qui prospèreront.

Les représentants du Burkina Faso, de l’Égypte et du Malawi ont souligné à cette occasion l’importance de la volonté politique, en particulier dans les pays aux ressources limitées. Les trois pays ont réalisé des progrès remarquables grâce à la forte volonté politique de donner la priorité aux MTN. Les données de l’Organisation mondiale de la santé montrent que dans les faits les pays africains à revenu national modeste surpassent souvent certains pays plus riches dans la lutte contre des maladies telles que la bilharziose, le trachome, les vers intestinaux, l’éléphantiasis et la cécité des rivières. Pour la troisième année consécutive, le Malawi enregistre un taux de traitement élevé (75 %) contre ces cinq maladies, mettant ainsi en lumière ce qui peut être réalisé avec détermination et concentration.

Les MTN comme le trachome et la schistosomiase sont évitables et traitables, elles ont néanmoins des effets néfastes et durables sur la population, y compris de graves défigurations et des handicaps à long terme. Avec plus de 600 millions d’Africains à risque, les MTN requièrent clairement notre attention. Speak Up Africa considère l’élimination des MTN comme l’un des principaux moteurs du développement durable, c’est pourquoi nous avons travaillé en partenariat avec le Projet spécial élargi pour l’élimination des maladies tropicales négligées en Afrique (ESPEN) du Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au cours des trois dernières années pour mieux comprendre comment gérer et éliminer les MTN sur le continent africain.

A travers le mouvement Non aux MTN, nous travaillons à la diversification du débat sur ces maladies. Chaque individu peut contribuer à la lutte contre les MTN – nous encourageons non seulement les décideurs politiques, mais tout un chacun à signer le manifeste et à utiliser les outils que nous mettons à disposition pour lutter contre les MTN dans nos pays. Pour réaliser le programme de l’Union africaine, faire avancer les réformes de santé publique et en finir avec les MTN d’ici 2063, une action collective et un leadership à tous les niveaux sont indispensables. J’espère que tous les ministres de la santé et les délégués nationaux qui ont assisté à la réunion du Caire la semaine dernière ont entendu notre appel à l’action et compris l’urgence du combat.

Par Fara Ndiaye, Directrice exécutive adjointe chez Speak Up Africa

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.