Le secteur privé s’est réuni pour en finir avec le paludisme au Sénégal

Communiqué de presse • 06 December 2021

M. Alphonse Ousmane Thiaw, Directeur de cabinet du Ministre de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal a présidé, le jeudi 2 Décembre 2021, la table ronde d’échanges sur les pistes d’engagement du secteur privé en faveur de la lutte contre le paludisme en présence d’une cinquantaine d’entreprises clientes de Ecobank Sénégal.

Cette table ronde s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent », dirigée par Ecobank et l’organisation à but non lucratif Speak Up Africa, en collaboration avec le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, qui vise à stimuler l’engagement du secteur privé dans la lutte contre le paludisme en Afrique.

« Nous restons convaincus que le secteur privé a un rôle très important à jouer dans la lutte contre le paludisme. Le secteur privé n’est pas uniquement un moyen de financer les programmes, il a aussi une expertise à offrir. Nous nous réjouissons des initiatives telles que cette table ronde car elles permettent la collaboration entre le secteur public et privé pour concevoir, ensemble, des solutions aux problèmes que rencontrent le pays en matière de santé et plus particulièrement des défis qui entravent l’élimination du paludisme au Sénégal. L’élimination de cette maladie évitable et curable permettra d’offrir des conditions de vie saines pour les populations de notre pays et donc un cadre propice à l’épanouissement des entreprises. » s’est ainsi exprimé M. Alphonse Ousmane Thiaw, Directeur de cabinet du Ministre de la Santé et de l’Action sociale du Sénégal.

Avec 445 313 cas notifiés, le Sénégal a déploré 373 décès à travers le pays en 2020, contre 260 décès en 2019. Cette hausse de la mortalité coïncide avec l’arrivée de la COVID-19. Cela confirme la nécessité de rester vigilants et de redoubler d’efforts afin d’aller vers l’élimination en 2030 malgré la pandémie. Le paludisme demeure une menace pour la population sénégalaise et continue d’affecter négativement les plus vulnérables. De plus, le financement des interventions de lutte contre le paludisme est essentiellement constitué de contributions provenant de partenaires multilatéraux et bilatéraux, menaçant ainsi la durabilité de l’effort pour l’élimination de ce fardeau au Sénégal.

Conscient de la nécessité d’agir pour mettre un terme à cette maladie, en partenariat avec Speak Up Africa, Ecobank Sénégal a décidé de réunir des entreprises clientes et partenaires afin d’échanger sur les interventions stratégiques qui pourraient être mise en œuvre dans le cadre de l’initiative « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent » visant à favoriser la mobilisation des ressources nationales et notamment du secteur privé pour un financement durable de la lutte et de l’élimination du paludisme.

« La récente pandémie nous a appris qu’il est primordial d’avoir en place un système de santé plus résilient. Nous, acteurs du secteur privé, avons un rôle important à jouer dans le financement de la santé et en particulier dans la lutte contre le paludisme qui continue d’affecter nos communautés et nos entreprises. Nous disposons de capacités pour mobiliser les ressources nécessaires en vue d’appuyer les efforts déployés par le gouvernement et les communautés, mettons-les à contribution. » a déclaré M. Sahid Yallou, Directeur Général de Ecobank Sénégal.

L’engagement du secteur privé est un pilier important de la campagne « Zéro Palu ! Je m’engage » lancée en 2014 par Speak Up Africa en partenariat avec l’organisation non gouvernementale PATH et le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP). Elle est et devenue panafricaine avec l’Union africaine qui en a fait un de ses crédos.

« Nous sommes honorés de la présence du Ministère de la Santé et de l’Action sociale à cette importante rencontre avec le secteur privé. Sa présence à nos côtés témoigne de l’engagement de nos pouvoirs publics en faveur de la lutte contre le paludisme mais aussi de l’importance qu’ils attachent à l’engagement du secteur privé dans ce combat. Nous nous réjouissons de la présence de ces deux acteurs essentiels sans qui, il serait difficile d’éliminer ce fléau de notre pays. » a ajouté Mme Yacine Djibo, Directrice Exécutive de Speak Up Africa.

L’atelier a été d’une part l’occasion pour le PNLP de présenter son Plan Stratégique National (PSN) 2021 – 2025 et les stratégies mises en œuvre pour lutter contre le paludisme. Les défis entravant à l’atteinte des objectifs ont été soulevés notamment ceux financiers auxquels le programme fait face pour l’implémentation de ses activités. D’autre part, cet atelier a mis évidence le rôle que le secteur privé pourrait jouer dans la lutte contre le paludisme, l’importance pour ce secteur de s’approprier cette cause et pour l’ensemble des acteurs de viser désormais l’élimination définitive au lieu du contrôle. Les entreprises présentes lors de cette rencontre ont à l’unanimité signé la déclaration d’engagement et appelé toutes les autres entreprises à rejoindre la lutte.

Le Directeur Exécutif de l’UNACOIS M. Ousmane Sy Ndiaye s’est exprimé ainsi : « Le paludisme est une lourde charge sur nos populations et sur notre économie. C’est une maladie facilement évitable notamment à travers l’implication du secteur privé.  Il est impératif que nous acteurs du secteur privé nous impliquions et soutenions l’initiative « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent ». Le Sénégal est sur la bonne voie, Moi Ousmane Sy Ndiaye, Directeur Exécutif de l’UNACOIS, j’appelle tout le secteur privé à se joindre aux efforts de prévention et d’élimination du paludisme. »

Lors des échanges avec les entreprises, il est ressorti que le secteur privé a les moyens d’agir mais a besoin d’être sensibilisé et orienté. Les entreprises présentes se disent toutes prêtes à soutenir financièrement et matériellement le programme afin d’arriver à l’élimination du paludisme. Les actes de contribution ci-dessous ont été abordés :

  • Contribuer au financement à travers le fonds Zéro Palu : les entreprises pourront dédier un pourcentage de leurs revenus au fonds Zéro Palu.
  • Mettre à contribution les entreprises du secteur minier fortement présentes dans les zones les plus impactées, Kolda, Kédougou, Tambacounda : de par leur forte présence dans ces régions très impaludée, le secteur privé minier est un partenaire non négligeable et devrait être impliqué dans l’initiative. 
  • Apporter un soutien logistique au programme dans le but de rendre accessible les zones les plus enclavées : à travers cet axe, les entreprises soutiendront le PNLP durant la prochaine campagne universelle de distribution de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (MILDA) et aideront à la collecte et remontée des données au PNLP.
  • Mener des campagnes de sensibilisation à travers le pays : à travers cet axe, les entreprises du secteur privé pourront mettre à contribution leur proximité auprès des populations et leur expertise dans le secteur de la communication avec des messages et outils adaptés.

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Taille max. des fichiers : 200 MB.
  • Taille max. des fichiers : 200 MB.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.