Le Second adjoint au maire de Yamoussoukro visite les installations sanitaires locales

Communiqué de presse • 12 September 2019

La semaine dernière, des représentants de Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) se sont joints aux représentants des médias pour visiter les installations sanitaires de la capitale et discuter des solutions aux problèmes locaux d’assainissement.

M. Konan Yaoura, deuxième adjoint au maire de Yamoussoukro, était accompagné de la docteur  Seydina Ousmane Sène, économiste en chef et directrice des programmes de l’Initiative Prospective Agricole Rurale (IPAR), de représentants de Population Services International (PSI) et de 13 journalistes locaux pour la visite. Organisée par le groupe de plaidoyer Speak Up Africa, cette visite qui a duré toute une journée avait pour but de développer les connaissances des journalistes locaux sur les questions d’assainissement local et de présenter la stratégie de financement interne de Yamoussoukro sur ce sujet.

Au cours de la journée, les délégués ont visité les latrines construites par PSI, où ils ont discuté de solutions d’assainissement avec les membres de la communauté, avant de rencontrer le responsable d’un site local de traitement des eaux usées. En 2018, PSI a lancé en collaboration avec la municipalité de Yamoussoukro le service d’assainissement de Yamoussoukro ou « Sanitation Service Delivery » (SSD). Le projet SSD utilise une approche fondée sur l’économie de marché pour améliorer l’accès à l’assainissement. Il s’agit notamment d’identifier et d’aider les acteurs du secteur privé à produire des latrines préfabriquées et à les installer chez les ménages. A travers une formation pratique, la fourniture d’équipements, notamment celui nécessaire au démarrage d’une telle activité, ainsi qu’à un soutien commercial et marketing, le projet développe avec le secteur privé une gamme de services rentables et durables pour fournir des toilettes aux ménages à faible revenu vivant dans les zones urbaines.

A Yamoussoukro, PSI a construit plus de 610 toilettes. Pendant la visite, les journalistes et les acteurs clés ont eu l’occasion de discuter avec les bénéficiaires et d’échanger avec eux sur l’impact que ces travaux ont eu sur leurs conditions de vie.

La municipalité a également profité de la visite pour lancer une approche innovante connue sous le nom de « Leader-Led Total Sanitation » (LLTS). LLTS est une approche qui encourage les chefs de communautés à s’engager à aider le grand public pour trouver des solutions locales à leurs problèmes d’assainissement.

En Côte d’Ivoire, comme dans la plupart des pays en développement, l’accès à un assainissement adéquat reste un défi. La ville de Yamoussoukro a une population estimée à 300 000 habitants, dont au moins 5 % vivent sans latrines, entrainant de fait des pratiques de défécation publique. Le dernier recensement de l’Institut National de la Statistique (INS) a révélé que 80 % des ménages en Côte d’Ivoire utilisent des méthodes manuelles pour le traitement des eaux usées, tandis que 62 % ne disposent pas d’installations d’un niveau satisfaisant, créant ainsi un problème critique de santé publique. 

M. Konan Yaoura, deuxième adjoint au maire de Yamoussoukro : « Une personne sur trois vit encore aujourd’hui sans installations sanitaires adéquates, et ce chiffre atteint 75 % en Afrique de l’Ouest. Pourtant, c’est un fait qu’un assainissement amélioré est un service nécessaire et vital pour le bien-être des citoyens. Les municipalités doivent donc se saisir des enjeux de l’assainissement. Il est crucial que les médias continuent de couvrir cette question,Des visites sur le terrain comme celle à Yamoussoukro cette semaine sont essentielles pour éduquer les journalistes sur les défis, mais aussi sur les initiatives en matière d’assainissement, notamment LLTS. »

Yacine Djibo, fondatrice et directrice générale de Speak Up African : « Nous sommes ravis d’avoir travaillé avec les journalistes, les membres du gouvernement local et les institutions régionales à Yamoussoukro pour mettre en lumière certains des problèmes d’assainissement auxquels la Côte d’Ivoire est actuellement confrontée. Les autorités locales ont pris un rôle de plus en plus important dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques, en particulier en matière d’assainissement, et nous espérons que cette visite de Yamoussoukro a clarifié les mesures à prendre pour l’amélioration de l’assainissement dans la région. » 

Cette visite fait partie intégrante de la campagne et des efforts de plaidoyer de Speak Up Africa pour améliorer l’accès aux services d’assainissement et à l’eau potable en Afrique de l’Ouest. Une collaboration étroite entre les dirigeants locaux et les institutions nationales et régionales responsables de l’élaboration et de la mise en œuvre des programmes d’assainissement est essentielle au déploiement des installations sanitaires dans la région. 

Une alliance regroupant les organisations travaillant dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène en Afrique, a lancé ce mois-ci une nouvelle bourse, destinée à développer la couverture médiatique sur les problèmes d’assainissement les plus pressants d’Afrique. La bourse des médias de l’assainissement est ouverte à tous les journalistes d’Afrique et démontre l’engagement de la société civile à éduquer les journalistes sur les défis et les opportunités de l’assainissement sur le continent, pour au bout du compte obtenir un grand impact positif. 

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.