Le Bénin lance la campagne « Zéro Palu ! Je m’engage » et l’initiative « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent » pour en finir avec le paludisme

Communiqué de presse • 17 November 2020

Le Ministre de la Santé, Pr Benjamin HOUNKPATIN a procédé, ce mardi 17 novembre 2020, au lancement officiel de la campagne « Zéro Palu ! Je m’engage », une initiative de l’Union africaine et du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme. Ce lancement a été couplé avec le lancement de l’Initiative « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent » initiée par le Groupe Ecobank.

Le 2 juillet 2018, inspirés par le succès de la campagne mise en œuvre au Sénégal, la Commission de l’Union africaine et le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme ont lancé́ à l’échelle du continent, le mouvement « Zéro Palu ! Je m’engage », adopté par la suite par 55 chefs d’État et de Gouvernement africains. À date, 16 pays africains ont lancé ce mouvement à l’échelle nationale, dont l’objectif est de ranimer les mouvements de base – guidés par des individus, des familles, des communautés, des chefs religieux, des hommes d’affaires, des dirigeants politiques et d’autres membres de la société – pour que chacun prenne ses responsabilités dans la lutte pour l’élimination du paludisme.

Le paludisme constitue un véritable problème de santé publique au Bénin. Il représente le premier motif d’hospitalisation enregistré dans les centres hospitaliers du pays et la première cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans. En 2017, 2 303 503 cas de paludisme ont été notifiés au Bénin. En 2019, le pays a enregistré 3 234 cas de décès. La prévalence du paludisme varie selon le département, passant d’un minimum de 17% dans le Littoral à un maximum de 51% en milieu rural. Quatre enfants sur dix testés positifs au paludisme entre 2017 et 2018.

« Avec le lancement de cette campagne, le Ministère de la Santé du Bénin vise à renforcer la prévention, la priorisation et l’appropriation de la lutte contre le paludisme par tousau niveau national. En effet, cette campagne repose sur trois piliers l’engagement politique, l’engagement du secteur privé et l’engagement communautaire », a déclaré le Dr. Adbourahmane Diallo, Directeur général du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme.

Afin de concrétiser l’engagement de Son Excellence M. Patrice Talon, Président de la République du Bénin, auprès de l’Union africaine et d’accélérer les efforts d’élimination de cette maladie pourtant évitable et traitable, le Ministère de la Santé du Bénin a lancé la campagne « Zéro palu ! Je m’engage » à l’échelle nationale. La cérémonie de lancement officielle de la campagne « Zéro Palu ! Je m’engage » et de l’initiative “Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent » se sont déroulées le 17 novembre 2020, à l’hôtel Azalaï de Cotonou.

« La première cause de recours aux soins avec 42,8% avec des nouvelles consultations, la première cause d’hospitalisation avec 52,3% avec des nouvelles hospitalisations, une affection meurtrière avec 19,3% de décès. Ce tableau peu reluisant montre qu’en dépit des efforts quotidiennement consentis, le paludisme demeure un problème de santé publique. Il est donc évident que chacun de nous est interpellé et qu’il faut nous réarmer davantage pour affronter ce redoutable fléau en vue de réduire ses dégâts au sein de nos ménages » s’est ainsi exprimé Pr. Benjamin I. B. Hounkpatin, Ministre de la Santé du Bénin.

La campagne a également pour objectifs de mobiliser les ressources financières nécessaires pour mettre un terme au paludisme et d’impulser un élan communautaire afin d’améliorer la sensibilisation et l’appropriation des interventions dans le cadre de la lutte contre la maladie.

C’est dans l’optique de contribuer à ce dernier point que, en partenariat avec Speak Up Africa, une organisation à but non lucratif de communication stratégique et de plaidoyer, basée à Dakar, au Sénégal, le Groupe Ecobank lance l’initiative « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent » visant à favoriser la mobilisation des ressources nationales pour un financement durable de la lutte et de l’élimination du paludisme et de mobiliser le secteur privé en faveur de l’élimination du paludisme. Afin de faciliter la contribution du secteur privé à la santé et à la lutte contre le paludisme en particulier, le Ministre a insisté sur la nécessité de créer des mécanismes visant à encourager les partenariats public-privé, essentiels à l’atteinte nationaux et a ainsi annoncé le lancement d’un Fonds de contrepartie Zéro Palu. Ce fonds, sur la base d’une entente de financement à contrepartie égale, sera mis en place pour inspirer l’innovation et financera des interventions ambitieuses de lutte contre le paludisme à travers le territoire national.

Suite à l’annonce de la création du fonds de contrepartie égale et convaincu que l’élimination du paludisme exige la contribution de tous les secteurs de la société, le partenaire Ecobank a eu gracieusement offert de contribuer la somme de 60.000.000 FCFA, devenant ainsi le premier contributeur de ce Fonds Zéro Palu.

« Sur le long terme, l’élimination du paludisme permettra d’accroitre la prospérité dans toute l’Afrique, en favorisant une main-d’œuvre en meilleure santé qui pourra stimuler la croissance économique. Le groupe Ecobank se réjouit de travailler conjointement avec Speak Up Africa, le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme et l’Union africaine dans le cadre de cette initiative « Zéro palu, les entreprises s’engagent », et de pouvoir servir de plateforme pour une action coordonnée contre cette maladie traitable et évitable » a ainsi conclu M. Komi Lazare Noulekou, Directeur Général de Ecobank Bénin.

Le lancement du mouvement panafricain et de l’Initiative vise ainsi à accélérer les efforts et surmonter les défis de la lutte contre le paludisme au Bénin, une maladie pourtant évitable et traitable qui a toutefois causé plus de 400.000 décès en 2018 – dont plus de 90% sont survenus en Afrique subsaharienne.

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.