Lancement d’un programme d’administration de masse de médicaments à Dosso au Niger

Communiqué de presse • 19 November 2020

Le Ministère de la Santé Publique a annoncé le lancement de l’initiative AVENR.  AVENIR, vise à contribuer à réduire la mortalité́ et la morbidité chez les enfants de moins de cinq au Niger à travers l’antibiothérapie de masse à l’azithromycine tous les six mois. 

Dirigé par le programme de recherche Resilience through Azithromycine for Children (REACH), l’administration de masse de l’Azithromycine (AZT), permet de prévenir les maladies telles que la pneumonie, les infections des sinus et la maladie de Lyme.

Les enfants de cinq des huit régions du Niger recevront le traitement complet. La campagne débute aujourd’hui à Dosso et sera ensuite introduite dans les régions de Tahoua, Maradi, Zinder et Tillaberi.

Le projet est soutenu par le Ministère de la santé publique du Niger, le Centre de recherche et d’intervention en santé publique (CRISP), la Fondation Francis I. Proctor de l’Université de Californie à San Francisco et l’agence de communication stratégique et de plaidoyer Speak Up Africa.

Le lancement du programme REACH fait suite à l’essai MORDOR, une étude récente qui a indiqué une réduction de 14% des décès chez les enfants de moins de cinq ans qui ont reçu des doses d’Azithromycine au Niger, en Tanzanie et au Malawi.

M. Assoumana Amadou, Secrétaire Général Gouvernorat de la ville de Dosso, soumligne: « Permettre aux jeunes enfants de réaliser leur plein potentiel de développement est un droit de l’homme et une condition essentielle pour le développement durable. Alors que le monde est aux prises avec COVID-19, nous devons veiller à ce que les jeunes enfants ne soient pas oubliés et qu’ils aient la meilleure chance possible de vivre longtemps et en bonne santé. Le projet AVENIR est une étape importante dans la poursuite de notre mission en tant qu’acteur local visant à réduire la mortalité infantile dans tout le Niger ».

Entre 2000 et 2018, le taux de mortalité des moins de cinq ans en Afrique est passé de 76 pour 1000 naissances vivantes à 39 ans, et le taux de mortalité néonatale est passé de 31 pour 1000 naissances vivantes à 18. Il s’agit d’environ 5,3 millions de décès de moins de cinq ans et de 2,5 millions de décès néonatals évités en 2018.

Alors que la mortalité infantile a diminué au Niger au cours des deux dernières décennies, le pays a l’un des taux de mortalité des moins de cinq ans les plus élevés au monde, avec environ 108 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Dr Elh Ibrahim Tassiou, Directeur Régional de la Santé Publique de Dosso, ajoute : « Trop de jeunes enfants meurent encore avant leur cinquième anniversaire de maladies telles que la pneumonie, les sinus ou les infections thoraciques. C’est tout simplement inacceptable. Il est essentiel que les jeunes enfants reçoivent ces antibiotiques qui sauvent des vies, et j’encourage les autorités locales à soutenir le déploiement de ce projet et pour les parents à travers le Niger pour s’assurer que leurs enfants reçoivent ce médicament. »

Ahmed M Arzika, Coordonateur de l’étude PhD Epidemiologie, conclut : « Avec tant d’enjeux, il est essentiel que toutes les personnes impliquées – de la direction des pays, des parties prenantes locales et des communautés – soutiennent AVENIR pour obtenir les meilleurs résultats possibles en matière de santé pour les enfants nigériens. Nous exhortons les parents à travers le Niger à s’assurer que leurs jeunes enfants reçoivent ce traitement. »

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.