Hommes et femmes : un écart de taille face au fardeau des maladies tropicales négligées

Opinion • 12 December 2019

Sur les 1,5 milliard d’individus souffrant des maladies tropicales négligées (MTN) dans le monde, une part disproportionnée affecte les femmes et les jeunes filles. Si nous voulons éliminer les MTN d’ici 2030, les femmes doivent gagner en visibilité, et une perspective sexospécifique est cruciale pour comprendre comment y parvenir.

Les raisons de ce problème ne peuvent pas être isolées – non seulement les facteurs biologiques et physiques conduisent à une vulnérabilité accrue, mais les facteurs socioculturels augmentent aussi considérablement le risque de contraction d’une MTN dans la population féminine. Selon un rapport publié en 2016 par Uniting to Combat NTDs, les femmes et les filles assurent les deux tiers de la collecte d’eau, ce qui les expose à des maladies hydriques comme la schistosomiase. Par ailleurs, les femmes sont généralement plus susceptibles de prendre en charge les malades au sein du foyer et donc d’être en contact avec des MTN comme le trachome. La cécité causée par cette maladie affecte l’espérance de vie des malades et représente un exemple flagrant d’écart entre les hommes et les femmes. Les enquêtes indiquent en effet que les femmes portent jusqu’à 80% du fardeau de cette réduction de l’espérance de vie.

Les effets indirects des MTN affecte également de manière disproportionnée les femmes et les filles. Les femmes sont en effet généralement plus susceptibles d’abandonner leur emploi ou d’arrêter l’école pour s’occuper d’un membre malade de la famille, entrainant un impact économique négatif à long terme et une charge financière supplémentaire à la famille. Les défigurations et les handicaps causés par les MTN conduisent aussi parfois à la stigmatisation et à une perte d’opportunités sociales, notamment en matière d’employabilité ou de mariage.

Améliorer l’offre de soins de santé en Afrique est une priorité majeure. Cependant pour relever ces défis avec succès, notamment en matière de MTN, nous devons insister sur l’égalité de l’accès aux soins et ainsi atteindre les populations les plus vulnérables comme les femmes, les enfants et les communautés les plus marginalisées.

Le Projet spécial élargi pour l’élimination des maladies tropicales négligées (ESPEN) est un programme de l’Organisation mondiale de la Santé visant à accélérer l’élimination des cinq MTN à chimiothérapie préventive. Grâce à ce projet, nous renforçons la capacité des décideurs africains de la santé à améliorer leurs programmes et à fournir les traitements contre les MTN auxquels les populations d’Afrique ont droit. Notre portail de données permet aux ministères de la santé et aux parties prenantes de partager et d’échanger les données tirées des programmes locaux et régionaux de lutte contre les MTN et d’utiliser ces données de qualité pour une prise de décision plus intelligente en matière de contrôle et d’élimination des MTN. Cela nous permet d’identifier les personnes les plus vulnérables afin d’améliorer l’accès aux mesures de prévention et aux traitements pour ceux qui en ont le plus besoin.

Chaque personne devrait pouvoir accéder aux services de santé dont elle a besoin sans être confrontée à des difficultés financières. Il est essentiel que les médicaments contre les MTN soient accessibles sans que personne n’ai à débourser d’argent. Gagner la lutte contre les MTN est fondamentale pour atteindre la couverture sanitaire universelle, qui protégera non seulement les femmes, mais chaque personne, où qu’elle soit dans le monde.

Les efforts pour atteindre cette couverture ne seront pas complets sans accès aux interventions médicales contre les MTN. En renforçant les systèmes de santé, l’accès à la prévention et au traitement des MTN sera amélioré. Nos efforts pour éliminer ce groupe de maladies participeront dans le même temps aux avancées des pays vers la CSU. Ainsi, nous contribuerons à améliorer la santé, la prospérité et le bonheur de tous sur le continent. 

En cette Journée mondiale de la couverture universelle sanitaire, il est vital de nous unir pour intensifier nos efforts en vue d’éliminer les MTN d’ici 2030. Nous réaliserons notre mission grâce à ce type de synergie. Ensemble, nous pouvons accélérer le déploiement des services de santé à l’ensemble de la population africaine, en prenant soin de remédier aux inégalités dont souffrent les populations marginalisées, les femmes et les jeunes filles face aux MTN car personne ne devrait être laissé pour compte.

Par le Dr Maria Rebollo Polo, chef d’équipe ESPEN, Projet du Bureau régional pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la Santé

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.