Eau et assainissement : moteurs du changement pour l’Afrique

Opinion • 05 June 2020

Par M. Serigne Mbaye Thiam, Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Sénégal

En cette ère d’urbanisation rapide et de croissance démographique, l’Afrique est confrontée à une crise de l’assainissement. Depuis de nombreuses années, notre continent est mal préparé et mal équipé pour fournir les infrastructures d’assainissement dont nos populations ont besoin, et la demande pour de telles infrastructures continue d’augmenter plus vite que nous ne pouvons les fournir. L’Afrique a donc beaucoup à accomplir d’ici 2030 pour atteindre l’objectif de développement durable 6, qui vise à garantir la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous.

Les ministres africains ont un rôle essentiel à jouer. En 2016, nous avons franchi une étape importante vers cet objectif, lorsque les ministres se sont réunis au Sénégal pour signer la Déclaration de Ngor. Nous avons pris des engagements importants pour parvenir à un accès universel à des services d’assainissement et d’hygiène adéquats et durables et éliminer la défécation en plein air d’ici 2030. Au cours de la seule dernière décennie, plus de 650 000 personnes à travers le continent ont directement bénéficié du Programme du millénaire pour l’eau potable et l’assainissement afin d’améliorer l’accès à des services durables.[1]

Pourtant, de nombreux défis demeurent pour ce secteur, en particulier un manque de clarté dans les politiques – telles que les responsabilités institutionnelles, le financement et le recouvrement des coûts. L’intégration de politiques d’assainissement efficaces à plus long terme est une opportunité majeure pour les ministres d’intégrer les infrastructures indispensables, d’améliorer la santé de nos communautés et de garantir la dignité à tous les citoyens.

C’est pourquoi je soutiens l’initiative du Conseil des ministres africains sur les lignes directrices pour la politique d’assainissement en Afrique (ASPG). Les ASPG ont été conçus pour fournir une base aux pays pour s’adapter, afin de développer des politiques d’assainissement durables et inclusives adaptées aux besoins de chaque pays.

En ce qui concerne mon pays le Sénégal, le Président de la République, S.E.M Macky Sall, dans son programme 5.3.5, a fait de l’accès universel à l’eau et à l’assainissement une des priorités du Plan Sénégal Émergent. L’adoption de nouvelles réformes et approches a permis au secteur sénégalais de l’assainissement de croître à un rythme soutenu, mais notre pays reste confronté à des défis. L’accès à l’assainissement de base dans les zones rurales est toujours à la traîne, avec seulement 42,3 % pour cent de notre population rurale ayant accès en 2017, contre 67,4 % pour cent dans les zones urbaines. L’accès à un assainissement adéquat est une priorité pour le gouvernement sénégalais et nous visons à l’augmenter dans les zones rurales à 65 % d’ici 2023.

C’est précisément là que l’ASPG apporte de la valeur. Non seulement il se concentre sur la fourniture de lignes directrices pour la création de politiques pouvant soutenir l’assainissement dans les zones rurales et urbaines à l’heure actuelle, mais il se concentre également sur la durabilité de ces politiques parce que nos actions doivent aussi intégrer les besoins des générations futures.

Des politiques d’assainissement complètes et inclusives nous offriront la possibilité d’améliorer l’approvisionnement, la fiabilité et la sécurité du secteur de l’eau et de l’assainissement. L’année prochaine, le Sénégal sera le premier pays subsaharien à accueillir le Forum mondial de l’eau, qui se veut être un forum de solutions innovantes et résilientes. J’espère continuer à tirer parti de ces progrès en collaboration avec les autres ministres africains. En utilisant des ressources telles que l’ASPG, les pays peuvent mettre en œuvre rapidement et efficacement des politiques qui fonctionnent pour leurs régions respectives – des politiques conçues pour durer. En tant que dirigeants africains de l’assainissement, nous, ministres en charge de l’eau et de l’assainissement, sommes largement responsables de l’ODD 6, et j’invite donc mes collègues ministres à se joindre à moi pour accélérer ces progrès et transformer définitivement notre continent et la vie de nos citoyens.


[1] https://www.worldbank.org/en/results/2018/07/03/senegal-increasing-access-to-sustainable-water-and-sanitation-services

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.