Célébration de la première Journée mondiale de lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN) : la Guinée et le Sénégal disent « Non aux MTN »

Communiqué de presse • 30 January 2020

Dakar, le 30 janvier 2020 – Aujourd’hui, plus de 200 organisations œuvrant dans le domaine de la santé célèbrent pour la première fois la Journée mondiale de lutte contre les maladies tropicales négligées (MTN), un groupe de maladies transmissibles et dévastatrices qui affectent plus d’1,5 milliard de personnes à travers le monde.

À Dakar, au Sénégal, l’organisation à but non lucratif Speak Up Africa, aux côtés de la Fondation Youssou Ndour, de Social Change Factory et du réseau « La société civile dit Non aux MTN », organise une projection-débat afin de renforcer les connaissances sur les MTN et susciter l’engagement de la jeunesse sénégalaise pour parvenir à les éliminer.

« 2020 est une année déterminante dans la lutte contre les MTN. Débuter cette année en mobilisant la jeunesse et en favorisant les discussions sur ces maladies et leur prévention est un excellent départ pour susciter l’appropriation de ce combat qui se doit d’être porté par tous et engager les jeunes de façon pérenne. » s’est ainsi exprimé Sobel Ngom, Directeur exécutif de Social Change Factory et Président du Conseil des Jeunes de Speak Up Africa.

Lancé en 2018, le mouvement Non aux MTN œuvre pour rassembler et engager individus, dirigeants politiques, des entreprises du secteur privé et organisations de la société civile afin d’accroître la sensibilisation, la priorisation et l’engagement national pour mettre un terme à ces maladies qui causent d’immenses obstacles à l’éducation, à l’emploi et au développement en général. En 2019, des organisations de la société civile de Guinée, du Niger et du Sénégal se sont regroupées pour former le premier réseau des organisations de la société civile en faveur de l’élimination des MTN en Afrique : Le réseau « La société civile dit Non aux MTN ».

« L’élimination des maladies tropicales négligées est un véritable défi pour le Sénégal mais aussi pour le continent africain. À l’occasion de cette première Journée mondiale de lutte contre les MTN, la société civile est plus que jamais mobilisée et décidée à œuvrer au quotidien pour l’élimination de ces maladies. Le mouvement « Non aux MTN » est une véritable opportunité pour nous, organisations de la société civile, pour faire entendre notre voix et assurer notre rôle au sein de la société. » Dame Ndiaye, Coordonnateur de l’Alliance nationale des jeunes sur la santé de la reproduction et la planification familiale.

Annoncée lors du Forum Reaching the Last Mile à Abu Dhabi en novembre dernier, la toute première Journée mondiale de lutte contre les MTN vise à sensibiliser le public à cette thématique, à célébrer les progrès durement acquis et à lancer un appel à l’action à l’endroit du grand public, des dirigeants, des organisations de la société civile et toutes les autres parties prenantes. À Conakry, en Guinée, l’organisation de la société civile Jeunesse Secours, également membre du réseau « La société civile dit Non aux MTN », marque aussi cette journée en la célébrant aux côtés du Programme National de Lutte contre les MTN de Guinée et plus de 100 participants. Cet événement vise à mettre en évidence l’impact des MTN dans le pays et à fournir une plateforme aux personnes affectées par les maladies afin qu’elles puissent témoigner de leur expérience et partager leurs défis.

« Nous sommes ravis de participer à cet élan mondial en faveur de l’élimination des maladies tropicales négligées et nous remercions le Crown Prince Court pour leur soutien dans le cadre de la célébration de cette journée. En tant qu’organisations de la société civile, nous savons que nous avons un grand rôle à jouer dans l’élimination de ces maladies. Cet événement, tout comme le mouvement « Non aux MTN » est une occasion supplémentaire de renforcer la sensibilisation contre ces maladies, qui est un élément crucial de leur élimination en Guinée et en Afrique. » a souligné Salomon Yedidya Dopavogui, Directeur exécutif de Jeunesse Secours.

Alors que l’accélération et l’intensification des efforts de lutte contre les maladies tropicales négligées rapproche les pays endémiques de la réalisation de la couverture sanitaire universelle (CSU), il est primordial que le grand public soit sensibilisé et mobilisé et que les dirigeants politiques soient engagés et conscients de l’impact de ces maladies sur le développement durable de leur pays. Car « négligées », elles le sont souvent par le manque de priorisation et de financement national alloué à leur lutte. Parce que « négligées » et marginalisées sont également les personnes atteintes par ces maladies pourtant évitables et traitables.

« La Fondation Youssou Ndour s’est engagée à accompagner les couches défavorisées et en particulier la jeune enfance au Sénégal. À travers nos actions, nous faisons en sorte que les enfants et les jeunes soient épanouis, qu’ils soient en bonne santé et bénéficient de la meilleure formation possible car ils constituent l’avenir de notre continent. Parce que les maladies tropicales négligées entravent le bien-être de tous en causant des obstacles à l’éducation à l’emploi et au développement durable de l’Afrique, nous nous joignons à Speak Up Africa et à leurs partenaires pour célébrer cette journée et pour souligner notre volonté de nous engager de façon pérenne, dans la lutte pour l’élimination de ces maladies au Sénégal et hors de nos frontières. » a ainsi témoigné Aida Coulibaly Ndour, Présidente de la Fondation Youssou Ndour

Aujourd’hui, alors que l’Afrique représente près de 40% du fardeau mondial des maladies tropicales négligées et que plus de 600 millions de personnes nécessitent un traitement préventif contre au moins l’une de ces affections, seulement 0,6% des financements de la santé mondiale sont alloués à la lutte contre ces maladies.

« Parce que trop longtemps négligées par le plus grand nombre, les maladies tropicales négligées ont désormais, grâce au Crown Prince Court, une journée dédiée pour célébrer les succès et les défis de cette lutte commune. À travers le mouvement « Non aux MTN » nous sommes ravis de donner une plateforme à nos partenaires internationaux, nationaux et communautaires, afin que chacun puisse sensibiliser, informer et mobiliser en vue de mettre un terme à ces maladies. Aujourd’hui plus que jamais de Dakar, à Conakry en passant par Niamey et Antananarivo, les voix s’élèvent contre les MTN. Notre objectif est désormais de joindre les actes aux paroles, de transformer les engagements en action concrète pour que plus personne, nulle part, ne vive sous la menace ou ne contracte une MTN. » a conclut Yacine Djibo, Directrice exécutive de Speak Up Africa.

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.