24 organisations de la société civile burkinabé signent la charte d’engagement Zéro Palu ! Je m’engage

Communiqué de presse • 23 January 2021

En 2018, l’Afrique représentait encore 90 % des 228 millions de cas de paludisme dans le monde et 94 % des 408 000 décès dus à cette maladie. Les enfants de moins de cinq ans constituent le groupe le plus vulnérable face au paludisme. La même année, ils représentaient 67 % des décès imputables à la maladie dans le monde, soit 272 000[1]. Au Burkina Faso, le paludisme a une forte incidence et représente 53,8% des principales maladies endémo-épidémiques. Face à ce fléau pourtant évitable et traitable, de nombreux efforts ont été consentis au niveau international et continental pour lutter contre cette maladie au cours des deux dernières décennies.

Les organisations de la société civile (OSC) sont à l’avant-garde du changement social et du développement dans les communautés africaines. Elles représentent des populations diverses et vulnérables et jouent un rôle d’intermédiaire important entre les communautés et les dirigeants des pays. Elles coopèrent avec les gouvernements sur les questions de développement, et mènent depuis plusieurs années, des campagnes pour un renforcement de l’accès à tous aux services sociaux de base.

Ainsi, pour relever les défis de la lutte contre le paludisme au niveau communautaire, le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) du Burina Faso, en partenariat avec Speak Up Africa, a organisé un atelier national d’engagement des organisations de la société civile les 22 et 23 Janvier 2021 à Ouagadougou. À travers cet atelier, Le PNLP et Speak Up Africa ont souhaité jeter les bases d’une coalition nationale composée des organisations de la société civile, capable d’impulser le changement et d’initier au sein des communautés du pays, des activités de lutte contre le paludisme à travers la sensibilisation et la prévention de façon durable.  

L’atelier s’est tenu sur deux jours et a permis aux participants de revenir sur les engagements pris par le Burkina Faso au niveau global pour accélérer l’élimination du paludisme, ainsi que les stratégies de mise en œuvre effectuées, les acquis, défis et les perspectives pour une meilleure implication des OSC. D’autre part,  cet atelier a mis en exergue le rôle précis que les OSC doivent jouer dans la lutte pour l’élimination du paludisme. Enfin, les leviers de changement ont également été illustrés afin que l’ensemble des participants puissent comprendre le sens de l’importance de l’engagement des OSC dans le paysage national.

 « Il faut reconnaitre que la lutte contre le paludisme doit être une lutte multisectorielle, mais également multidisciplinaire. Le Gouvernement seul et le Ministère de la Santé ne sauraient arriver à travailler et à réduire le fléau du paludisme. Et il est reconnu que les actions au niveau communautaire sont celles-là qui vont beaucoup porter et jouer sur la diminution du fardeau lié au paludisme. » s’est ainsi exprimé Dr Wilfred Ouédraogo, Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Burkina Faso. L’atelier a été clôturé par la signature de la Charte d’engagement « Zéro Palu ! Je m’engage » en faveur de l’élimination du paludisme par les 24 organisations de la société civile qui ont tenu à réaffirmer leur engagement et leur détermination à mettre un terme au paludisme.


[1] Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Dernier rapport sur le paludisme dans le monde paru en 2019,

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.