20 organisations de la société civile Burkinabé « s’approprient » le nouveau Plan Stratégique National de lutte contre le Paludisme 2021 – 2025

Communiqué de presse • 20 April 2021

L’Afrique représentait 95 % du nombre total de cas de paludisme dans le monde soit 215 millions de cas de paludisme et 94 % des 409 000 décès dus à cette maladie en 2019. Durant les deux dernières décennies, au niveau mondial des efforts considérables ont permis de sauver plus de 7 millions de vies et d’éviter plus d’un milliard de nouveaux cas de paludisme.

Le Burkina Faso, n’échappe pas au lourd fardeau du paludisme qui reste endémique et constitue l’un des problèmes majeurs de santé de publique du pays.  En effet, l’Enquête sur les indicateurs du paludisme au Burkina Faso, 2017-2018 [1], révèle que, cette maladie est la première cause de consultation, d’hospitalisation et de mortalité dans les formations sanitaires dans le pays. Les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes paient chaque année le plus lourd tribut. En 2018, selon le Bulletin épidémiologique du Ministère de la santé le Burkina Faso comptait : 5 551 000 cas de paludisme et représentait 3 % des cas de paludisme et des décès dans le monde.

Malgré l’élan régional et international autour de l’élimination du paludisme ces dernières années au Burkina Faso, le financement national de la lutte anti-palustre et la sensibilisation des communautés figurent parmi les principaux défis à résoudre.

Aujourd’hui, tous les acteurs s’accordent pour dire que la lutte contre le paludisme nécessite une intervention multisectorielle à travers le renforcement des interventions et des stratégies innovantes en impliquant tous les acteurs de développement dans un esprit de concertation et de vision commune.

Dans ce contexte et pour réaliser l’ambition du pays d’éliminer le paludisme d’ici à 2030, il indispensable d’avoir un engagement au plus haut niveau de l’état et surtout une implication plus accrue des organisations de la société civile et des communautés.  En effet, la société civile joue un rôle fondamental dans les campagnes de santé, en créant l’espace politique et social nécessaire pour des collaborations fondées sur les valeurs essentielles de la santé en tant que droit humain fondamental et bien collectif.

Ainsi, pour relever les défis de la lutte contre le paludisme au niveau communautaire, le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) du Burkina Faso, en partenariat avec Speak Up Africa, a organisé un atelier d’information auprès de la société civile du Plan Stratégique National de lutte contre le Paludisme (2021 – 2025) le Mardi 20 Avril 2021 à Ouagadougou. Cet atelier fait suite à celui de l’engagement des organisations de la société civile qui a eu lieu en Janvier 2021 et qui visait une meilleure implication des OSC du Burkina Faso dans la lutte contre le paludisme et l’établissement de synergies d’actions et de canaux de communication entre ces entités et le Programme national de lutte contre le paludisme. Faisant toujours suite à l’atelier d’engagement des OSC de Janvier 2021, un groupe de travail restreint composé d’Organisations de la Société Civile sera mis en place pour faciliter l’établissement d’un cadre d’actions formel entre les organisations de la société civile (OSC) et  le PNLP afin d’amplifier l’impact des initiatives visant l’élimination définitive de cette maladie. 

L’objectif de l’atelier d’information est donc de contribuer à une meilleure connaissance du PSN 2021-2025 pour un accompagnement des OSC dans sa mise en œuvre et un alignement des objectifs stratégiques de l’État avec les initiatives de plaidoyer menées par les OSC du Burkina Faso. A travers cet atelier, le PNLP souhaite renforcer les connaissances des OSC sur le paludisme, décrire le processus d’élaboration du PSN 2021-2025 et discuter avec elles de leur apport dans l’atteinte des objectifs du PSN 2021-2025. Le PNLP estime qu’avec le nouveau plan stratégique, les OSC peuvent à titre d’exemple, largement contribuer à la poursuite de distribution des moustiquaires de routine aux femmes enceintes et aux enfants de moins d’un an, mais aussi au renforcement de la prévention au niveau des femmes enceintes. 

Le Directeur de la Protection de la Santé de la Population, M. Ouattara Seydou représentant le Secrétaire Général du Ministère de la Santé a souligné l’importance et la nécessité d’une telle initiative :

« la présente rencontre fait suite à la requête des OSC formulée lors de l’atelier national d’engagement des OSC de Janvier 2021 et elle vise  à accompagner la mise en œuvre des engagements de SEM le Président du Faso lors de la rencontre de l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA). Sa réalisation permettra ainsi de rendre effectif le 3e pilier de l’initiative « Zéro Palu ! je m’engage » avec la mise en place d’un groupe de travail pour une lutte plus accrue contre l’endémie palustre dans notre pays. »

La Directrice Opérationnelle Stratégique de Speak Up Africa, Mme Carina NDIAYE a déclaré à ce propos :

« Il est important voire nécessaire de renforcer les compétences des  organisations de la société civile en améliorant leurs connaissances relatives aux documents stratégiques tels que le Plan Stratégique National de lutte contre le paludisme 2021 – 2025, afin qu’elles puissent être capables de comprendre et de mieux s’approprier les objectifs nationaux de lutte contre le paludisme. En effet, le PSN définit et décrit l’approche stratégique et opérationnelle de l’État Burkinabé en faveur de l’élimination du paludisme. En s’appropriant cet important document, les OSC à travers leurs activités de plaidoyer, pourront se conformer aux objectifs stratégiques de l’Etat afin que leurs initiatives soient reversées dans les résultats de performance du programme national de lutte contre le paludisme et qu’ensemble nous puissions atteindre nos objectifs communs. »

Mme SAVADOGO Ida du Réseau d’Accès aux Médicaments essentiels (RAME), OSC lead du groupe de travail, est revenu sur l’importance de cette journée d’information par ces propos :

« Nous sommes ravis de la mise en place du groupe de travail pour la lutte contre le paludisme qui a pour but de susciter plus d’engagement de la part de la Société Civile. Ce groupe est appelé à proposer une charte et une feuille de route pour l’engagement communautaire. Nous avons foi qu’à l’issue de cela, les communautés et la société civile seront plus engagées à accompagner les autres partenaires, notamment le PNLP dans l’élimination définitive de cette maladie dans nos contrées». 


[1] Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), Programme d’Appui au Développement Sanitaire (PADS), Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) et ICF. 2018. Enquête sur les indicateurs du paludisme au Burkina Faso, 2017-2018. Rockville, Maryland, USA : INSD, PADS, PNLP et ICF.

À propos de Speak Up Africa

Basée à Dakar, au Sénégal, Speak Up Africa est une organisation à but non lucratif de communication stratégique et de plaidoyer qui se consacre à catalyser le leadership, pour permettre des changements de politiques et accroître la sensibilisation au développement durable en Afrique, particulièrement sur les sujets liés à l’assainissement, la vaccination, le paludisme et les maladies tropicales négligées (MTN).

Plus d’informations sur Speak Up Africa

Did you find this article interesting ?

Share it!

Apply online :

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.