Ma vision du champion communautaire.

Par Déborah Demont

 

Parachutée en début d’année dans un contexte qui m’était encore peu connu, il a fallu que je m’adapte et que je déchiffre ce nouveau vocabulaire et abréviations qui font partie de la grande famille des Organisations Internationales.

Outre toutes les informations reçues et utiles à débuter ce nouveau travail qui était désormais le mien, mon cerveau a tiqué sur les mots « Champion Communautaire » lors d’une brève explication de la campagne « Zéro Palu ! Je m’engage », mouvement citoyen d’ampleur nationale en faveur de l’élimination du paludisme au Sénégal et mise en œuvre par ma nouvelle ONG d’adoption Speak Up Africa.

Mais revenons à l’essence même de mon questionnement, qu’est-ce exactement un « Champion Communautaire » ?! Je ne vous cache pas que ni une ni deux, mon imagination a pris le large et s’est imaginé qu’un champion communautaire était, petit un, une personne ayant remportée une compétition ; petit deux, il s’agissait forcément d’un athlète sportif et petit trois, restait à déterminer la discipline et le rôle joué au sein de ce programme de lutte contre le paludisme. En d’autres termes, pour moi un champion communautaire était un sportif médaillé qui utilisait son image et sa notoriété en faveur de la lutte contre le paludisme. Cependant, plus les informations m’étaient données au sujet de ces fameux champions Zéro Palu, plus l’image que je m’en faisais devenait farfelue. Heureusement pour moi, ce passage romanesque et digne de l’imagination d’Alice au pays des merveilles s’est rapidement estompé pour faire face à la réalité des choses.

J’ai donc appris que la santé communautaire se définit par des actions de proximité, c'est-à-dire des activités ou des soins prodigués près des lieux où vivent les personnes. Elle vise la promotion de la santé en favorisant l’autogestion des personnes. Cette approche participative permet d’identifier les domaines d’actions prioritaires et permet la mise en œuvre des changements nécessaires. Le processus qui en découle pourrait se révéler particulièrement pertinent dans le maintien et le renforcement de la santé d’une population, c’est pourquoi la campagne Zéro Palu ! Je m’engage a stratégiquement monté, avec l’aide de partenaires tels que WARI, une armée de 8 champions communautaires dont le rôle est d’agir en tant qu’acteurs de changement ou de guides santé jouissant d'une grande crédibilité auprès de leur communauté.

Il y a quelques jours, soit environ six mois après mes débuts chez Speak Up Africa,  j’ai eu la chance de rencontrer trois de ces champions communautaires en pleine action dans le cadre de leurs activités Zéro Palu ! Il s’agissait d’une causerie, d’un set-settàl et de visites à domicile. Avez-vous déjà ressenti une certaine fierté à travailler pour une cause ou une structure, une sorte de subite envie d’appartenance ? Eh bien, c’est ce que j’ai ressenti à ce moment-là en les observant ! Bien que je ne comprenne absolument pas le Wolof, la conviction, l’engagement et la détermination avec laquelle elles faisaient passer leurs messages était tout bonnement captivant. L’ambiance et la chaleur des sénégalais s’est très vite fait ressentir avec une démonstration d’utilisation de moustiquaires et un set-settàl au son des Gongobas ; l’assemblée s’est rapidement mobilisée, s’emparant ainsi de balais et de sauts pour assainir leur lieu de vie. Quant aux visites à domicile, la proximité et le climat de confiance instauré entre le champion et le ménage visité a été immédiatement palpable, par conséquent, on remarque une bonne qualité d’écoute.

Avec un peu de recul, mon idée d’athlète n’était pas si fausse. Nos champions communautaires travaillent chaque jour aussi dur qu’un athlète de haut niveau, ils gagnent du terrain jour après jour dans la lutte de ce fléau qu’est celui du Paludisme et chaque cas évité par leur démarche est selon moi méritant de toutes les médailles du monde…